mardi 17 juillet 2007

conference at Temple univ

From: David Slater
Date: 2007/07/05


The Institute of Contemporary Japanese Studies (ICJS) at Temple University, Japan Campus, will host "Youth and Imaginative Labor: East Asia and Beyond,"
a two-day conference in July focused on the issue of youth today in the neoliberal economy of immaterial/affective labor, the social and political challenges young people face and their imaginative responses that creatively and critically transform their situations.

The conference will include leading scholars working on Japan, Korea, China and Hong Kong in academic panel sessions and will feature multi-media presentations by graduate students, performers and youth NPO advocates presenting work on and by youth in East Asia.

In addition to academic panel sessions, on Saturday evening (July 21), the conference will have a session at Super Deluxe in Roppongi, where NGO activists, designers, and academics studying youth culture will give short multi-media presentations as part of "Pecha Kucha University" (
Following this, Donald Richie will introduce and discuss a screening of the anime film "Avalon,"
which will be followed by a Hip Hop party organized by Zulu Nation Japan, with live painting by Rinpa Eshidan and a Spoken Word performance by Marcellus Nealy.

See below for schedules, panel presenters and paper titles

Anne Allison (Duke University David Slater (Sophia University, Kyle Cleveland (Temple University,

Collaboration: Klein-Dytham Architects, Super-Deluxe, Embassy of the Republic of Poland, SurvivArt

Date & Time:
Saturday, July 21, 10 a.m. to 2 a.m. and Sunday, July 22, 1 p.m. to 7 p.m.
Locations: TUJ Mita Hall in Minami Azabu / Super Deluxe in Nishi-Azabu Access to Temple University, Japan Campus (Mita Hall):
(Saturday night events after 6 p.m. will be at Super Deluxe. Click here
for map.)
Cost: 1500 yen for the Saturday evening event (only); the academic panel sessions at TUJ are free of charge.

To register and for further information:

Institute of Contemporary Japanese Studies Temple University, Japan Campus (TUJ)
Tel. 03-5441-9800

Conference Schedule :
Youth & Imaginative Labor: East Asia & Beyond

Saturday, July 21st (Temple University, Japan Campus, Mita Hall)
10:00-12:30: Panel Session I: New Forms of Sociality and Subjectivity
12:30-1:30: Lunch
1:30-4:00: Panel Session II: Imaginative, Connected, and Popular

Evening Session: (Super Deluxe in Roppongi)
6:00: Doors Open
6:30:-9:00: Pecha Kucha University Presentations:
Digital Youth
9:00-11:00: Screening of Avalon with commentary by Donald Richie
11:30-2:00: Hip Hop Afterparty w/ Zulu Nation Japan
Live Painting by Rinpa Eshidhan
Spoken Word by Marcellus Nealy

Sunday, July 22nd: (Temple University, Japan Campus, Mita Hall)
1:00-3:00: Pecha Kucha University Presentations:
Youth Politics, Sociality and Engagement
3:30-4:00: Coffee Break
4:00-5:30: Plenary Panel: The Politics of Youth Culture
5:30: Reception (light food and drinks served)

Sat. 10am - 4pm; Sun. 1pm - 7pm
Temple University, Japan Campus
Mita Hall, room #502

Panel Presentations

*******Panel I: Forms of Sociality and Subjectivity (Saturday 10:00-12:30)

Anne Allison (Anthropology, Duke U.)
"The Sociality of Neoliberalism: Affect, Family, and Japanese Kids"

James Farrer (Sociology, Sophia U)
"A Moral Economy Perspective on Youth Sexuality in China and Japan"

Nozomu Shibuya (Sociology, Chiba U)
"The Invention of Resistance: the Pre-individual and Neoliberal Culture"

David Slater (Anthropology, Sophia U.)
"The Freeterization of Labor and the Collapse of Capitalist Imagination in Japan"

******Panel II: Imaginative, Connected, and Popular

Hiroshi Aoyagi (Anthropology, Kokushikan U.) " Reviving Local Lifeworld Through Pop Music: Okinawan Youngsters and the Imaginative Labor of Oki-Pop "

Cho Hae-joang , (Anthropology, Yonsei U.) "Youth as New Dwellers of Network Society in South Korea"

Anthony Y. H. Fung (Communications, Chinese U of HK) "Fandom, Youth, and Consumption in China"

Whang, Sang-Min, (Psychology, Yonsei U.) "The Emerging Features of Korean Youth Culture in Cyberspace"

******Roundtable: The Politics of Youth Culture (Sunday 4:00-5:30)
Convener: Yoshimi Shunya (Cultural Studies, Tokyo U.)

Presenter: Ken Wissoker (Editorial Director, Duke U.
Press) "Temporalities and Transnationalism in Youth Culture"

July 21: Sat. 6pm - 2am
Super Deluxe (SDLX) in Roppongi

"The sound of conversation" in a marketplace of ideas outside the classroom

The inaugural installment of Pecha Kucha U. will feature short-form multimedia presentations (20 slides, 20 seconds each) by graduate students, NPO activists, and artists dealing with youth culture. Pecha Kucha sessions will be Saturday and Sunday afternoons at TUJ and Saturday evening at SDLX*.

*Specific order and time of Pecha Kucha presentations to be announced: see -

*******Youth Politics, Sociality and Engagement

Alberto Fonseca, Ricardo Yamamoto, Brazilian youth labor in Japan Robin O'Day, Flexible labor, freeters, and protest Sachiko Kaneko, The moral panic of "net cafes" in Japan Nate Smith, Right-wing youth and mediated activism Mo, Hyunjoo, Fabulous single &
doenjangnyo: politics of consumption of single career women in their 20's and 30's Tolvonen Tuukka , What happens when 'youth', 'independence', and 'policy'
mingle: the case of the Japanese wakamono jiritsu juku Ota Satoshi, It's not a big deal: Taiwanese young women in 'service' industry Mary Reisel, Sex, massage and "health" services - rising labor for the new age Kim, Jiho; Park, Junpyo; Park, Gunha; Shin, Jeoungsu; Kim, Heewon, Introduction of Learning Ecosystem Project Julian Seltzer, James Seltzer, Ayu Tanaka and Go, F.L.O. (Free Lance Outcasts), Making manga: The birth of Cross-War Koga Wakako, (NPO: Sodateage) Hikikomori, NEET and readjustment into society Saito Takashi, Rutsuko Nakajima, (NPO: Kodomo Social Work
Association) Family support for hikikomori Catherine Hagan, Hiromi Aoki, From Tokyo to Chennai: youth in NGOs reaching across borders

*******Digital Youth

Jee-yeon Kim, Ki-Tae Ryu , Consumption patterns in Massively Multiplayer Online Role-Playing Game
(MMORPG): World of Warcraft (WoW) and Lineage II Sang-Won Yoo, Regina Kim , Communications in
cyberspace: how and why do Cyworld users communicate with each other?
Youngyim Doh, New life exploration in Mabinogi, an on-line game.
Le Han, Female anime fans and Chinese doujin writing online Patrick Galbraith, Moe: Intimate meanings, erotic tensions, and capitalist designs in "blossoming"
otaku passion Gunnar Hempel, Dojinshi life and labor in Tokyo Sunny Lam, Imaginary power of young designers and animators:
contribution to or exploitation by the creative industries Chunghan Lee, Popular music and affective labour Eve Leung, The emergence of adolescent labour in Hong Kong popular music industry Dwayne Dixon , Shoumouhin/Shoumou(in):Tokyo skateboarders and the expendability of shoes and self Kim, Heewon, Can I make money with virtual products? - the irony of UCC (User Created-Content) Kang, Yoonjung, Lee, Kyuho Mysterious English land


A Multi-part Series Devoted to Unexplored Tangents of the Japanese Film

AVALON (film screening with commentary by Donald Richie)
Directed by Oshii Mamoru, written by Ito Kazunori 2001

A road not taken. Oshii (Ghost in the Shell) Mamoru's brilliant and beautiful live-action anime about the perils of alternate reality games. Set in ruined Europe, it shows us our Polish heroine's finding a hidden level in the Game. Involving and involved, the film won foreign prizes but no imitators - the experiment was never repeated.

Curated by Donald Richie
Named by TIME magazine, "the dean of Japan's art critics," and acknowledged as the foremost authority on Japanese cinema, Donald Richie has also written widely - some forty books in all - on other aspects of the country and its people. The Inland Sea has been called a classic and its film version has won prizes at international film festivals as well as the National Geographic Earth Award. His Public People, Private People has been called "unforgettable" by Tom Wolfe and of his two collections of essays, A Lateral View and Partial Views, Susan Sontag has said: "Donald Richie writes about Japan with an unrivaled range, acuity, and wit."

Richie has lived in Japan for most of his life.
Arriving on New Year's Day, 1947, he worked as feature-writer and film critic for The Pacific Stars and Stripes. After graduating from Columbia University in 1953, he returned to Japan as film citic for The Japan Times. He has written for Newsweek, The Nation, Variety, The New York Times, The Guardian, Harper's, Atlantic Monthly, and all major films magazines. In addition he presented the first retrospective of the Japanese film director Yasujiro Ozu at the 1962 Berlin Film Festival and has since acted as guest director of the Telluride Film Festival, and served on the juries at the Hawaii, Lacarno, Thessaloniki, and Kerala Festivals.

In addition to writing a column for The Japan Times, lecturing around the world, and continuing to lend his distinctive voice to Japanese studies, Donald Richie teaches film at Temple University's Japan Campus.

Hip Hop Party hosted by ZULU NATION JAPAN (SAT. SDLX,

Rinpa Eshidan , Live Painting and Pecha Kucha

Marcellus Nealy - Spoken Word -

NOTE: This conference is being held at two venues:
Temple University's Japan Campus in Minami Azabu during the daytime on Saturday and Sunday, and at "Super-Deluxe" in Nishi Azabu on Saturday evening.
The Saturday evening event is conjoined to the academic conference, and contains presentations and performances which evoke the academic content of the conference.

Access to Temple University, Japan Campus :
4-1-27 Mita, Minato-ku, Tokyo 108-0073
Mita Hall, room #502
Tel: 0120-86-1026 (03-5441-9800)

Access to Super Deluxe: B1F
3.1.25 Nishi Azabu, Minato-ku, Tokyo 106-0031, Japan
T: 03.5412.0515 | F: 03.5412.0516


David H. Slater, Ph.D.
Faculty of Liberal Arts
Sophia University, Tokyo

The Sophia server rejects emails at times. Should your mail to me get returned, please resend to: Sorry for the inconvenience.

mercredi 11 juillet 2007

Article from Libération about manga

Maudits mangas
A l’heure où Tokyo décerne le premier «prix Nobel du manga», la frange la plus conservatrice du pays s’alarme de l’impact nocif de ces BD ultraviolentes. On les accuse même d’avoir inspiré deux crimes récents.
Par Michel Temman
QUOTIDIEN : mercredi 11 juillet 2007
3 réactions
Il a 43 ans. Il est Chinois. Il s’appelle Lee Chi Ching. Ce dessinateur hongkongais n’a pas que du talent. Il est aussi le premier lauréat du Prix international du manga, créé en mai à Tokyo pour récompenser des illustrateurs étrangers. Lundi 2 juillet, c’est le ministre japonais des Affaires étrangères, Taro Aso en personne, qui lui a remis son trophée, pour sa BD l’Art de la guerre, adaptée du traité de stratégie militaire de Sun Tzu (Ve siècle av. J.-C.). Cent quarante-cinq candidats de vingt-six pays étaient en lice.

Sur le même sujet
Déferlante de bulles japonaises

Avec ce «prix Nobel du manga», comme l’a appelé Taro Aso, le Japon vend son image et vante sa pop culture (BD, dessins animés, jeux vidéo, etc.). Il était temps. Car depuis des années, le succès à l’export de ses mangas et autres an ime (films d’animation) est foudroyant. Le Japon a même créé en 2004 une statistique pour mesurer le succès global de ses produits culturels, le PNC (Produit National Cool). Véritables produits d’appel, les mangas (littéralement «images dérisoires», «images du monde flottant») inondent les jeux vidéo, le cinéma, Internet, la mode, l’art contemporain, la musique pop ou électronique.
Le triomphe est tel que le marché sature. Les chiffres donnent le tournis. Au moins 40 millions de Japonais lisent un manga par semaine. Parmi les quinze magazines imprimés à plus d’un million d’exemplaires, dix sont des revues de mangas de 250 à 500 pages, dont le tirage peut avoisiner 6 millions d’exemplaires.
Comme le constate Nicolas Finet, directeur d’ouvrage du futur Dicomanga (en librairie fin 2007 aux éditions Fleurus) et chargé de mission pour l’Asie du festival d’Angoulême, «avec ses mangas, gigantesque industrie de papier, le Japon a réussi à bâtir une synergie de l’image qui triomphe dans le monde entier».
Mais le succès a aussi son revers : les mangas de plus en plus gore favoriseraient, pêle-mêle, la rébellion antiparentale et antisociale, la violence à l’école, les délits sexuels, la délinquance juvénile. Dans un récent rapport, vingt-cinq parlementaires japonais souhaitent ainsi que soit «considéré un contrôle» sur «l’expression excessive de la violence et du sexe», compte tenu de son «impact négatif sur les jeunes». Au gré de la polémique alimentée par des élus conservateurs, la police, des sectes religieuses, des associations de familles ou de parents d’élèves, une frange de l’opinion réclame donc des lois, un contrôle des éditeurs, une police des mœurs.
Spectres et démons
«Il y a un boom sur les mangas violents et ceux destinés aux fantasmes masculins», confirme Tomomi Fujita. Perruque violette, costume de Candy et lentilles de contact bleu translucide, Tomomi est vendeuse au grand magasin Mandarake, un eldorado du manga qui offre la palette complète du genre : histoire, science-fiction, eroguro (érotiques et grotesques), gekiga (sociaux et réalistes), josei muke (pour femmes), seinen (pour adultes), shojo (pour jeunes filles), honen (pour garçons), etc. «Devil Man, dit-elle, est un des titres les plus adulés des lycéens. Si on le lit, la tête déraille. On finit le cœur brisé. Cassé en deux.» Ce manga est aussi le préféré de Taro, 19 ans, étudiant en droit à l’université Chuo à Tokyo. «Ma mère m’interdit de le lire. Car c’est très violent, avec des têtes coupées, du sang qui gicle à chaque page. La fin est un cauchemar.»
Pour avoir la paix, Taro va le lire en douce dans des mangas kissa. Dans ces cybercafés ouverts vingt-quatre heures sur vingt-quatre, les bédéphiles viennent se repaître de planches aux dessins frisant la perfection, peuplées de personnages déments, de jeunes filles dévergondées ou suicidaires, d’un enfant sauvant le monde de l’apocalypse nucléaire, d’attendrissantes majorettes protégeant le Japon de l’attaque d’un mouton géant, de collégiens persécutés, de pilotes kamikazes, de héros cybernétiques, de fantômes et spectres inquiétants. Amitiés blessées, rancunes, trahisons, vengeances, ijime (persécutions à l’école), jalousie sont des thèmes récurrents. Certains ouvrages sont très morbides. Dans d’autres, le sexe s’étale, souvent pervers et sans tabou (hormis la représentation des poils pubiens, toujours officiellement interdite par la censure).
Matsu Akira, sénatrice de choc élue sous l’étiquette du Nouveau Komeito (parti proche du PLD au pouvoir et de la secte bouddhiste Sôka Gakkai), est convaincue de la nécessité d’un contrôle. Dès 2004, face à une commission parlementaire, elle affirmait que «les contenus extrêmes des mangas ont un impact très nocif sur les jeunes. La Constitution garantit la liberté d’expression. Mais dans le cas des mangas, nous ne pouvons pas admettre que cette liberté soit illimitée.» Un discours qui gagne du terrain.
Depuis que l’Association de protection infantile a fait savoir, l’hiver dernier, que «30% des mangas adultes en vente sur Internet, contiennent des descriptions d’actes sexuels impliquant des enfants», la police a fermement invité certains éditeurs à la «retenue». Et ce, au nom de la «loi sur les livres nuisibles» (sic). Quatre titres «nuisibles» ont déjà été retirés de la vente. Après Osaka, l’an passé, la préfecture de Kyoto a annoncé, en juin, qu’elle s’attaquait aux «mangas nuisibles».
Deux crimes récents donnent des arguments aux censeurs. En mars, une Britannique de 22 ans, Lindsay Ann Hawker, prof d’anglais dans une école de langues à Chiba (est de Tokyo, a été assassinée. Son corps nu, ecchymosé, a été retrouvé gisant sur le balcon du studio d’un de ses élèves. Quand la police a débarqué chez le suspect, Tatsuya Ichihashi, un chômeur de 28 ans, celui-ci a réussi à prendre la fuite. Depuis, tous les flics du Japon sont à ses trousses. Venu à Tokyo récupérer le corps de sa fille, le père de la victime a crié son horreur devant les caméras de télé. Aux obsèques, à Coventry, l’ambassadeur du Japon en Grande-Bretagne était là. Très vite, la police a ciblé les lectures du jeune homme. Etablissant un lien entre le meurtre et les piles de hentaï mangas (érotiques et pornos) retrouvés chez lui : il est «fort possible que Tatsuya Ichihashi, fan de mangas, ait élaboré sa macabre mise en scène en s’inspirant de l’histoire d’un hentaï manga. Les seijin mangas [pour adultes], très populaires au Japon, contiennent pour la plupart des scènes obscènes de jeunes filles et femmes violées et torturées», a déclaré un policier.
Mère décapitée
Bien moins banale, la seconde affaire a ébranlé tout le pays. Le 15 mai, un adolescent de 17 ans, qui n’allait plus trop au lycée, s’est présenté à 7 heures du matin à un commissariat de AizuWakamatsu (préfecture de Fukushima) avec la tête de sa mère dans un sac. Vers 1 heure du matin, alors que sa mère dormait, le jeune homme l’a décapitée avec un couteau de cuisine. Puis, il lui a coupé un bras, qu’il a peint en blanc et déposé dans un pot de fleurs. Ahuris, les policiers ont découvert le corps sans tête sur un futon ensanglanté. La mère, qui n’habitait plus avec son fils, était venue lui rendre visite. A la recherche d’explications, les enquêteurs et des tabloïds ont incriminé «l’influence des mangas». Chez l’ado, les enquêteurs ont mis la main sur une panoplie de BD ultraviolentes. Interrogé par des psychiatres, le jeune homme aurait dit avoir «senti sur [ lui] l’influence négative des mangas, de certains films et anime».
Pour Mafumi Usui, professeur à l’université Seiryo de Niigata, célèbre expert en psychologie sociale et criminelle, «les jeunes, au Japon, sont des takaramono [«des trésors»] pour leurs parents qui ne leur refusent rien. Ce sont surtout des enfants gâtés, emmurés, formatés ayant perdu le goût du risque et pas autonomes». Pour autant, dit-il, l’influence néfaste des mangas reste à prouver.
«Certes, des mangas peuvent causer des hallucinations et abîmer l’esprit, explique le professeur à Libération. Mais en matière de délits, l’environnement social est aussi en cause. Il reflète les maladies de la société. Quand des jeunes isolés et désemparés décrochent, que leur effondrement psychologique entraîne un passage à l’acte, il y a plusieurs motifs. Ce jeune qui a décapité sa mère ne la haïssait sans doute pas. Mais peut-être que cette mère le harcelait ou l’étouffait depuis son enfance. En fait, ce type de crimes familiaux incombe moins aux désordres mentaux qu’aux maux de notre société. Le Japon est riche et opulent. Mais il maintient sur ses enfants une pression telle que ceux-ci, parfois, se rebellent et font des erreurs. Les adultes sont eux aussi responsables de ces erreurs.»
«Fonction cathartique»
«Insinuer que certains mangas extrêmes poussent au crime et détraquent le mental des jeunes ne tient pas, s’emporte de son côté Nicolas Finet, le directeur d’ouvrages . Ce serait faire peu de cas de leur fonction cathartique. Faut-il dès lors conclure qu’au cinéma, les Kill Bill, Massacres à la tronçonneuse et autre Scream fabriquent chez les ados américains de futurs délinquants et assassins ? Bien sûr que non !»
Reste que l’addiction aux mangas n’est pas près de disparaître. «C’est une passion», résume Makoto, étudiant de 20 ans, cheveux ébouriffés et look hip-hop. «Cela m’a toujours aidé à libérer le stress accumulé au collège, au lycée et à la maison avec mes parents. » Makoto a peu d’amis. Pas de petite amie. Mais se sent «proche» de ses personnages favoris, comme le samouraï Musashi Miyamoto, héros de la série Vagabond. «Grâce aux mangas, dit-il, je voyage dans des mondes parallèles. Des univers surréels et merveilleux.» Pour lui, la violence des mangas libère les jeunes de la violence qu’ils affrontent au quotidien. «C’est dur de vivre au Japon», soupire Makoto. Pas étonnant qu’il continue de s’y vendre plus de 2 milliards de mangas par an.